Condylomes (verrues génitales) : symptômes, transmission, facteurs de risque tr… – Soigner une verrue


Condylome (ou verrue génitale)

Qu’est-ce qu’un condylome ?

Les verrues génitalesappelées également condylomessont des infections causées par un virus particulier, le papillomavirus. Il existe de nombreux types différents de papillomavirus, certains peuvent être à l’origine de la formation de verrues sur la peau, d’autres sur les muqueuses. Enfin, certains types de papillomavirus sont responsables du cancer du col de l’utérus. Les verrues génitales sont causées essentiellement par deux types de papillomavirus : le type 6 et 11 (impliqués dans 80 % des cas). Ce sont des virus qui se transmettent lors de rapports sexuels. La contamination n’est pas forcément synonyme d’apparition de verrues génitales, seule une partie des personnes infectées vont développer ces lésions.

Quels sont les symptômes d’une verrue génitale ?

L’apparition de verrues génitales passe parfois inaperçue. En effet, les verrues peuvent être microscopiques et donc invisibles à l’œil nu. Quand elles sont suffisamment grandes, on peut les différencier. Les verrues génitales peuvent être classées en trois catégories, suivant leurs caractéristiques. On trouve ainsi des verrues acuminées qui ont un aspect en chou-fleur et possèdent la même couleur que les muqueuses, les verrues papuleuses qui se présentent sous forme de petites bosses et les verrues planes qui apparaissent sous forme d’une petite tache au niveau de la muqueuse anale. Si ces verrues peuvent passer inaperçues, certaines peuvent provoquer des symptômes comme des démangeaisons ou des petits saignements.

Quels sont les facteurs de risques d’en contracter ? 

L’infection aux papillomavirus est une infection sexuellement transmissible. Le port du préservatif n’est pas suffisamment protecteur et un simple contact des doigts avec la zone génitale peut être à l’origine de la contamination. La multiplication des partenaires sexuels est donc un facteur de risque. Le système immunitaire peut jouer un rôle important dans l’apparition de ces verrues : en effet, un système immunitaire amoindri peut permettre au virus de provoquer ces petites lésions. Le tabagisme peut affaiblir les défenses immunitaires et contribuer à la persistance du virus.

Comment le prévenir ? 

L’apparition de verrues génitales est liée à un certain type de papillomavirus qui n’est pas oncogène (c’est-à-dire non cancéreux). Cependant, cela signifie que l’organisme qui a été contaminé peut être atteint par d’autres types de virus qui eux peuvent être oncogènes. Il faut donc se faire contrôler régulièrement en procédant à des frottis réguliers (à partir de 21 ans, tous les 2 ans puis tous les 3 ans si les frottis ne présentent pas d’anomalie). Quand les verrues apparaissent, il faut les traiter rapidement afin qu’elles ne se disséminent pas. Enfin en cas de contamination, il est nécessaire de vérifier qu’il n’y a pas d’autres infections sexuellement transmissibles. Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus protège également efficacement contre les types 6 et 11 responsables des condylomes. Il est recommandé pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans (avec rattrapage possible) et nécessite 2 ou 3 injections.

Quels sont les traitements d’une verrue génitale ?

Il existe plusieurs types de traitements des verrues génitales. Tout d’abord, l’utilisation de crèmes verrucides peut permettre de venir à bout des verrues. Si cela n’est pas suffisant, des traitements physiques comme la cryothérapie (brûlure par le froid), le curetage, le laser ou l’exérèse chirurgicale peuvent être envisagés. Après le traitement une surveillance doit être mise en place pour traiter rapidement une éventuelle récidive.

Il n’y a aucun contenu en rapport avec votre sélection. Nous vous invitons à modifier vos critères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *