Excroissances de la bouche – Troubles bucco-dentaires – Soigner une verrue


Toute une variété d’excroissances bénignes peut se développer dans ou autour de la bouche. Un nodule ou une protubérance persistant(e) sur les gencives doit être examiné(e) par un dentiste. Un tel nodule peut être provoqué par un abcès dentaire ou gingival ou par une irritation. Mais toute excroissance inhabituelle, dans ou autour de la bouche, pouvant être un cancer, il est nécessaire de la faire examiner immédiatement par un médecin ou un dentiste.

Les excroissances non cancéreuses dues à une irritation sont relativement fréquentes et, au besoin, peuvent être traitées par chirurgie. Chez 10 à 40 % des personnes, les excroissances non cancéreuses des gencives récidivent en raison de la persistance du stimulus irritant. Parfois, cette irritation, surtout si elle est prolongée, peut provoquer des modifications précancéreuses.

Les verrues ordinaires (verrucae vulgaris) peuvent infecter la bouche lorsqu’une personne suce ou mâche une verrue en croissance sur un doigt. Un type différent de verrue, les verrues génitales, peut être transmis sexuellement. Le médecin peut réaliser l’ablation d’une verrue de différentes façons ( Verrues: Traitement).

Le muguet est une infection à levures de la peau et des zones humides (telles que la bouche et le vagin) qui se manifeste souvent dans la bouche sous la forme de plaques blanchâtres ayant l’aspect du fromage. Le muguet adhère étroitement aux muqueuses et, lorsqu’il est éliminé, il laisse une plaque rouge. Il est très fréquent chez les diabétiques ou chez les personnes souffrant d’une déficience du système immunitaire et chez celles qui sont sous antibiotiques.

Un torus est une protubérance osseuse arrondie à croissance lente, qui se forme au centre du palais (torus palatin) ou sur la mâchoire inférieure, à côté de la langue (torus mandibularis). Cette excroissance dure est fréquente et inoffensive. L’ablation d’un torus n’est pas nécessaire, même lorsqu’il est de grande dimension, à condition qu’il ne gêne pas la mastication ou que la personne ne porte pas une prothèse dentaire qui recouvre la zone. Des formations osseuses multiples le long de l’angle de la mâchoire inférieure peuvent évoquer un syndrome de Gardner, trouble héréditaire du tube digestif dans lequel la personne présente de multiples polypes au côlon qui deviennent souvent cancéreux.

Les kérato-acanthomes sont des excroissances qui se forment sur les lèvres et sur d’autres zones exposées au soleil, comme le visage, les avant-bras ou les mains. Un kérato-acanthome atteint en général sa taille maximale d’environ 1 à 3 centimètres de diamètre, ou plus, en 1 à 2 mois, puis, quelques mois après, commence à régresser et peut disparaître par la suite sans aucun traitement. Autrefois, tous les kérato-acanthomes étaient jugés non cancéreux, mais certains experts considèrent à présent que ceux dont la taille ne diminue pas sont des tumeurs cancéreuses à progression lente et recommandent de les retirer.

De nombreux types de kystes (gonflements creux dans lesquels s’accumule du liquide) provoquent une douleur et un œdème de la mâchoire. Ils se trouvent souvent au voisinage d’une dent de sagesse incluse et ils peuvent détruire des parties importantes de la mâchoire à mesure qu’ils se répandent. Certains types de kystes tendent à récidiver après l’ablation chirurgicale. Certains peuvent se développer sur le plancher de la bouche. Souvent, ces kystes doivent faire l’objet d’une ablation chirurgicale, car ils rendent la déglutition difficile ou parce qu’ils sont inesthétiques. Le kyste qui est de loin le plus fréquent affecte la lèvre et est appelé mucocèle ou kyste muqueux rétentionnel. En général, il résulte d’une morsure accidentelle de la lèvre (inférieure) et survient lorsque la salive qui s’écoule dans la bouche depuis une glande salivaire mineure est bloquée. La plupart des mucocèles disparaissent en une semaine ou deux, mais peuvent être retirés par voie chirurgicale s’ils sont gênants.

Les odontomes sont des excroissances de cellules dentaires qui ressemblent à de petites dents surnuméraires déformées ou à une masse importante de substance dentaire. Chez l’enfant, ils peuvent apparaître comme de nouvelles dents normales. Chez l’adulte, ils peuvent désaxer les dents. Si les odontomes deviennent gros, ils peuvent également entraîner une hypertrophie de la mâchoire inférieure ou supérieure. En général, ils sont retirés chirurgicalement.

La plupart (de 75 % à 80 %) des tumeurs des glandes salivaires sont non cancéreuses, à croissance lente et indolores. Elles se présentent en général sous la forme d’un seul nodule mobile mou sous une peau d’aspect normal ou sous la muqueuse de l’intérieur de la joue. Ces kystes, quand ils sont creux et remplis de liquide, sont parfois fixes. Le type le plus fréquent (appelé tumeur mixte ou adénome pléomorphe) se forme essentiellement chez les femmes de plus de 40 ans. Il peut devenir malin et doit être enlevé chirurgicalement. Si l’ablation n’est pas complète, des récidives de ce type de tumeur sont probables. D’autres types de tumeurs non cancéreuses sont également retirés chirurgicalement, bien que ces tumeurs soient beaucoup moins sujettes à devenir cancéreuses ou à récidiver une fois retirées.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *