Les œsophagites – Causes, symptômes et traitement – Soigner une verrue


L’œsophagite correspond à une inflammation de la muqueuse de l’œsophage. Les causes sont souvent liées à un reflux gastro-œsophagien, mais peuvent provenir d’autres pathologies. Doctissimo fait le point sur les différentes causes de la maladie, son diagnostic et les traitements proposés en cas d’œsophagite. 

oesophagite

L’œsophagite est souvent la conséquence d’un reflux gastro-œsophagien (RGO) non traité : la prévalence de l’œsophagite par reflux est de 40 à 50 % chez les sujets symptomatiques de RGOcontre 2 à 5 % dans la population générale asymptomatique.

Une œsophagite, qu’est-ce que c’est ?

L’œsophagite se caractérise par une inflammation de l’œsophage, souvent provoquée par une irritation, le plus souvent par des sécrétions digestives acides (acide gastrique, etc.) qui remontent de façon anormale lors d’un reflux gastro-œsophagien non soigné. 

Ce reflux ou « œsophagite peptique » peut alors entraîner des symptômes comme les brûlures d’estomacun mauvais goût dans la bouchedes brûlures

Les causes de l’œsophagite

Les causes sont souvent liées au RGO. Mais l’œsophagite peut avoir d’autres causes : 

  • Une absorption de produits caustiques (intoxications) ;
  • Une  infection opportuniste (herpès, cytomégalovirus, candidaen cas d’immunodépression) ;
  • L’ingestion de certains médicaments en position allongée ;
  • Les radiations ionisantes.

Symptômes de l’œsophagite

Les symptômes du reflux gastro-œsophagien persistent :

  • Le malade a de plus en plus mal quand il avale et il déglutit de plus en plus difficilement (dysphagie douloureuse) ;
  • Il a un goût désagréable dans la bouche qui ne part pas ;
  • Des vomissements sanglants surviennent parfois ;
  • Des brûlures à la déglutition des boissons alcoolisées ou chaudes surgissent ;
  • Les remontées acides pouvant aller jusqu’à la bouche, une irritation des voies supérieures ou de la muqueuse buccale sont possibles ainsi que ses symptômes respiratoires (aspiration de petites quantités d’acide). 

Diagnostic et examens complémentaires

La fibroscopie (endoscopie œso-gastro-duodénale) est l’examen de référence pour confirmer le diagnostic. Il permet l’examen des structures digestives (œsophage, estomac, duodénum) et la prise de biopsies pour éliminer un cancer en cas de lésions suspectes.

Dans les œsophagites sévères on peut observer un endo-brachy-œsophage (EBO) qui est le remplacement de la muqueuse de l’œsophage distal par une muqueuse gastrique. Les lésions de EBO sont à surveiller car il y a un risque de transformation maligne. Une hernie hiatale, un  ulcère gastrique ou duodénal associés sont parfois également dépistés.

Le transit œsogastroduodénal baryté est rarement pratiqué. Il met en évidence d’une part le reflux gastro-œsophagien et d’autre part un rétrécissement de la partie inférieure de l’œsophage différent de l’aspect rencontré en cas de cancer. 

Quelles sont les complications possibles ?

Le principal risque de l’œsophagite est l’évolution vers une sténose peptique (une cicatrisation et un rétrécissement de la partie inférieure de l’œsophage), interdisant toute alimentation. Sa prévalence est de 2 %. L’âge moyen de survenu est de 60 ans. La dysphagie (sensation de gêne ou de blocage ressentie au moment de l’alimentation) constitue le symptôme récurrent de la sténose peptique. Elle peut apparaître après un long passé de RGO mais aussi brutalement dans 20 à 60 % des cas.

La perforation est possible (il existe des signes de détresse cardiorespiratoire) ainsi que la transformation cancéreuse. Un RGO chronique peut également entraîner un ulcère de l’estomac.  

Le traitement 

À la phase aiguë initiale, le médecin prescrira des antiacides et des antisécrétoires. Les conseils d’hygiène et de diététique sont les mêmes que ceux habituels en cas de RGO (éviter les aliments riches en matières grasses, l’alcool, les plats épicés, les boissons gazeuses, les plats trop salés ou très sucrés…).

En cas d’échec, un traitement chirurgical ou une dilatation mécanique sont proposés, mais cela reste rare. En effet, ces techniques sont difficiles et les résultats aléatoires. C’est la raison pour laquelle il est de loin préférable de traiter correctement le reflux gastro-œsophagien avant qu’il ne se complique d’œsophagite.

À noter : la prise en charge des sténoses peptiques repose sur l’association des IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) à double dose et de dilatation endoscopique.  

Plusieurs changements permettent de réduire les risques d’avoir un RGO et par conséquent une œsophagite :

  • Modifier son alimentation si nécessaire (moins grasse, moins épicée…) ,
  • Limiter la consommation d’alcool, de café,  arrêter le tabac, etc. ;
  • Contrôler son poids
  • Éviter la sieste après les repasdurant le temps de la digestion (laissant le temps à l’estomac de se vider) ;
  • Les vêtements trop serrés au niveau du ventre sont déconseillés ;
  • La tête de lit peut être surélevée pour minimiser les remontées acides.
Brûlure d’estomac : les aliments qui favorisent les remontées acides

Révision médicale : Dr Jesus Cardenas, Directeur médical de Doctissimo, 09 mars 2017

Mis à jour le 02 janvier 2020

Sources :

  • « Quelles sont les complications évolutives du RGO ? », Dr Barbara BOURNET Service de Gastroentérologie et Nutrition – CHU Rangueil (

    article accessible en ligne). 

  • « Œsophagite caustique », Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE), avril 2014 (

    article accessible en ligne). 

  • « Reflux gastro-œsophagien (RGO) », Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE), avril 2014 (

    article accessible en ligne). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 stopverrue.fr