Otites de l’enfant – Symptômes, traitements et complications – Soigner une verrue


Mis à jour le 19 décembre 2019

Otites de l'enfant

Validation médicale :
03 novembre 2017

L’otite est une des maladies ORL les plus répandues, surtout chez les enfants. On fait le point sur les différents types d’otite, les principaux symptômes et les traitements.

Qu’est-ce qu’une otite ?

Le terme d’otite définit toutes les atteintes inflammatoires de l’ oreilleexterne, moyenne ou interne, qu’elles soient aiguës ou chroniques. Ces affections, très fréquentes1doivent être reconnues et correctement traitées. L’otite représente la seconde maladie infectieuse la plus fréquente après la rhinopharyngite.

oreille

Les différents types d’otite

L’otite moyenne aiguë

L’otite moyenne aiguë (OMA) est une inflammation du conduit auditif causée par une infection. C’est souvent au décours d’une rhinopharyngite qu’apparaissent les symptômes : une douleur dans une oreille (otalgie unilatérale) avec une baisse de l’audition (hypoacousie) du côté douloureux accompagnée souvent de fièvre.

Chez le nourrisson, on distingue d’autres signes2 :

Chez les bébés, les signes d’appels sont très divers et il ne faut pas attendre qu’il porte la main à son oreille ! Les cris, l’agitation et les pleurs ne sont retrouvés que dans 7,5% des cas… C’est la raison pour laquelle l’examen des tympans fait partie de la routine du médecin consulté pour un nourrisson malade.

Lors de la consultation, le médecin va regarder l’intérieur des oreilles à l’aide d’un otoscope. Cet examen permet de différencier plusieurs types d’otite moyenne :

  • L’otite congestive : La membrane du tympanencore transparente, est rosée ou rouge. Les reliefs sont congestifs mais visibles. Le triangle lumineux a disparu. Le tympan congestif est très douloureux. Le pédiatre, l’ORL ou  un professionnel de l’audition, devra revoir votre enfant afin de comparer ses deux examens pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une otite purulente. 
  • L’otite exsudative : Le tympan est épaisopaque, congestif ou grisâtre. Les reliefs sont peu visibles.
  • L’otite suppurée : Le tympan est bombé. La douleur est permanenteinsomniante, lancinante, intense et pulsatile, irradiant vers la tempe et l’occiput. Le bombement du tympan commence dans le quadrant postéro-supérieur qui va donc se mettre à surplomber le manche du marteau, faisant disparaître le relief de celui-ci. Par ailleurs, la membrane tympanique, sous l’effet de la pression de la collection purulente devient blanche. Au stade de pré-perforation, le tympan est bombant dans son ensemble et de couleur jaunâtre.
  • L’otite aiguë avec l’oreille qui coule (othorée) : C’est le stade de l’otite spontanément perforée avec perte de substance de la membrane tympanique laissant passer un écoulement de pus dans le conduit auditif externe. L’otorrhée spontanée révèle parfois l’otite chez un nourrisson jusque-là pas trop malade. Le pus sous pression s’évacue à travers cette « paracentèse spontanée ». Bien souvent, la taille de l’orifice par éclatement du tympan sous pression est insuffisant pour drainer toutes les sécrétions. De plus, son siège sur le tympan ne permet pas toujours une bonne vidange et une bonne cicatrisation.

L’otite externe

Une otite externe désigne une inflammation du conduit auditif externe due à une bactérie ou un champignon. Deux causes principales sont responsables de l’inflammation :

  • Le contact répété du conduit avec des objets (par exemple en se nettoyant les oreilles) ;
  • La présence d’eau dans le conduit (par exemple après un bain).

L’otite externe entraîne des douleurs, des démangeaisons et un écoulement de l’oreille. Dans l’otite externe, la douleur lorsque l’on tire sur l’oreille est assez caractéristique. Le traitement se fait à base de gouttes auriculaires antibiotiques, antiseptiques ou antifongiques.

L’otite séreuse

Fréquente chez les enfants entre 1 et 8 ansl’otite séreuse n’est pas douloureuse. Il s’agit de l’accumulation de liquide plus ou moins abondant et plus ou moins épais à l’arrière du tympan qui noie les osselets et bouche la trompe d’Eustache. Ce conduit permet d’envoyer l’air au sein de l’oreille lors de la déglutition ou en altitude. Pour traiter l’otite séreuse, mieux vaut consulter un médecin ORL qui rétablira une aération optimale de la trompe d’Eustache. En effet, non traitéece type d’otite créée une perte auditive car le tympan ne va pas vibrer correctement.


L’otite virale

L’otite virale est une inflammation de l’oreille provoquée par un virus. Elle se déclenche souvent après une grippe. Sachez que la plupart des otites virales sont en fait des otites moyennes aiguës. Des « bulles » de liquide viennent se poser sur la membrane du tympan ce qui entraîne une vive douleur de l’oreille. Le traitement consiste à percer les bulles, à prendre des anti-inflammatoires et des antidouleurs. La complication la plus courante de l’otite virale est une perte partielle de l’audition.

Les traitements de l’otite

Les médicaments

Le traitement de l’otite moyenne aiguë vise à soulager les douleurs, à faire baisser la fièvre et à traiter l’infection. La prise d’antalgiques est alors recommandée : elle permet d’agir à la fois sur la fièvre mais aussi sur les douleurs.

Le traitement peut être complété avec des antibiotiques en cas de suspicion d’origine bactérienne (sauf otite moyenne aiguë congestive ou séro-muqueuse)3.

Pour soulager le conduit auditif, le médecin prescrira également aux enfants du sérum physiologique ou des décongestionnants. Les lavages de nez au sérum physiologique (Prorhinel®, soluté nasal Gifrer® etc…) sont indispensables. Les gouttes nasales antiseptiques ou antibiotiques sont utiles à condition qu’une aspiration rhino-pharyngée leur soit associée.

La paracentèse

En cas d’otite très douloureuse ou de complicationsou si celles-ci se répètent trop souvent, une paracentèse avec pose d’aérateurs trans-tympaniques4ou diabolos, à travers le tympan limite les récidives.

La paracentèse consiste en l’incision du tympan à l’aide d’une aiguille lancéoléeau niveau du bombement postérieur, suivie, si possible, de l’aspiration des sécrétions purulentespuis d’un méchage du conduit auditif. La durée de l’écoulement ainsi provoqué est de 2 à 3 jours. La paracentèse s’effectue sans anesthésie chez le nourrisson et sous anesthésie générale chez l’enfant.

Une  antibiothérapie par voie générale peut être prescrite comme complément de la paracentèse pendant 8 ou 10 joursajustée selon les résultats bactériologiques du prélèvement de pus. Une surveillance du tympan dans les jours qui suivent la paracentèse est indispensable pour contrôler l’efficacité du drainage et la normalisation des reliefs tympaniques. Un examen est nécessaire une semaine après l’arrêt des antibiotiques pour affirmer la guérison.


Otite : les complications possibles

Les complications de l’otite aiguë sont rares avec un traitement adapté. L’évolution favorable sous un traitement correct se traduit par une disparition très rapide de la fièvre et des signes digestifs éventuels. L’inflammation auditive disparaît très vite et le tympan retrouve un aspect presque normal en 3 à 4 jours et normal en 7 à 10 jours.

  • La paralysie faciale : Il faut y penser devant une asymétrie des traits de la facenotamment lorsque l’enfant pleure, sourit ou fait la moue. Du côté paralyséla fente des paupières est élargiele sillon nasogénien est effacé, la commissure labiale est abaissée alors que du côté non paralysé, la bouche est attirée en haut et en dehors. Cette paralysie disparaît avec la guérison de l’otite.
  • La méningite purulente : c’est une complication toujours redoutée par le pédiatre au cours des otites purulentes de l’enfant.
  • La labyrinthite : Elle se manifeste par des vertiges, des vomissements, un nystagmus, une surdité.
  • La mastoïdite aiguë : Les cavités de l’oreille moyenne communiquent toutes entre elles, depuis l’orifice de la trompe d’Eustache jusqu’à la mastoïde. En l’absence d’un traitement adapté, on peut aboutir à un bombement sous la peau en arrière et au-dessus du pavillon de l’oreille traduisant l’effraction par le pus de la corticale mastoïdienne. Le traitement est chirurgical : le spécialiste doit ouvrir l’os et le gratter pour enlever le pus et les foyers de nécrose. C’est une « antrectomie » ou « mastoïdectomie ».

Conseils pratiques et informations diverses

Si votre enfant souffre de fortes douleurs, éviter de la coucher du côté où il est dérangé. Mieux prévoir des coussins doux et le laisser prendre une position plus confortable pour lui.

Pour éviter les récidivesmieux vaut éviter de fumer en présence de votre enfantle tabagisme passif accroît les risques d’otite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *