VERRUE CHAT : LA VERRUE CHEZ LE CHAT… – Communauté Félix – Soigner une verrue


Typhus

Le typhus est une maladie virale redoutable pour les félins. Elle est extrêmement contagieuse (par contact entre les chats) et se développe très vite. En quelques jours (moins d’une semaine), le chat présente une fièvre importante, vomit et ne mange plus. Il se recroqueville dans un coin et refuse de bouger.

L’animal se déshydrate rapidement. Une analyse de sang permet de déterminer la présence du virus. Le traitement (accompagné souvent d’un traitement antibiotique) doit être rapide car la mortalité est importante, surtout chez les chatons. Faire vacciner son chaton dès deux mois le protège contre cette terrible maladie.

D’une maladie à l’autre… Rappels de bon sens

Vomissements et diarrhées ne sont pas dus obligatoirement liés à des parasites. Le chat vomit très facilement et, parfois, il le fait intentionnellement pour se purger. Cependant, lorsque les vomissements se répètent et que le chat semble souffrir, une diète doit lui être imposée ; on lui fera ingurgiter une cuillerée de sirop antispasmodique. La diarrhée peut être causée, tout simplement, par une mauvaise digestion. Un antiseptique courant et une nourriture composée de produits frais y remédieront.

En cas de constipation, on ajoutera aux aliments frais une cuillerée d’huile de d’olive Mais si les malaises persistent, il vaut mieux consulter un vétérinaire.

Les reins du chat et son appareil urinaire sont fragiles. Ses urines seront surveillées, car il risque de souffrir soit d’une affection grave : congestion rénale, néphrite, urémie, cystite, soit de calculs rénaux.

Le chat peut être en proie à des quintes de toux. Un animal jeune recevra une cuillerée de sirop antitussif pour bébé. Mais, si la toux persiste, particulièrement chez un chat âgé, il peut s’agir d’une bronchite chronique ; une visite chez le vétérinaire s’impose alors. Si le chat est atteint d’une angine, le médecin prescrira collutoires et antibiotiques adaptés. Lui seul également sera à même d’établir un diagnostic au cas où l’animal se montre anormalement fatigué ou rapidement essoufflé.

Les traumatismes neurologiques sont d’autant plus spectaculaires qu’ils demeurent souvent incompréhensibles. Si la crise nerveuse se prolonge, une petite dose de sédatif calmera l’animal en attendant l’arrivée d’un praticien. Il est préférable de ne pas manipuler le chat et de le laisser dans la position qu’il occupe lorsqu’il retrouve enfin l’apaisement. Afficher la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *